affermir


affermir

affermir [ afɛrmir ] v. tr. <conjug. : 2>
• 1372; de 1. a- et 1. ferme
1Rare Rendre ferme, plus stable, plus solide. Affermir ses positions. consolider. « Il affermit sa casquette » (Duhamel). Pronom. « Le mouvement du cavalier qui s'affermit en selle » (Colette).
2Raffermir. Un traitement qui affermit les seins.
3Fig. Rendre plus assuré, plus fort. assurer, consolider, fortifier, renforcer. Affermir son pouvoir, son autorité. « affermir une position qu'elle jugeait inébranlable » (Proust). Cela n'a fait que l'affermir dans sa résolution. confirmer.
⊗ CONTR. Ébranler. Amollir. Affaiblir.

affermir verbe transitif (de ferme, adjectif) Rendre quelque chose plus solide ou plus stable : Affermir les piliers d'un pont. Rendre quelqu'un plus énergique, plus ferme dans son action : Cet appui l'a affermi dans sa résolution. Rendre une action, un état plus forts, plus durables ; consolider : Les difficultés ont affermi son courage.affermir (synonymes) verbe transitif (de ferme, adjectif) Rendre quelque chose plus solide ou plus stable
Synonymes :
Contraires :
- délabrer
- ébranler
Rendre quelqu'un plus énergique, plus ferme dans son action
Synonymes :
Contraires :
Rendre une action, un état plus forts, plus durables ; consolider
Synonymes :
Contraires :
- ébranler

affermir
v. tr.
d1./d Rendre ferme, stable, solide. Affermir une muraille. L'exercice affermit les muscles.
d2./d Rendre plus fort, plus assuré. Affermir sa voix. Affermir son pouvoir. Ant. affaiblir, ébranler.
|| v. Pron. Devenir plus ferme.

⇒AFFERMIR, verbe trans.
I.— Emploi trans. Rendre progressivement (plus) ferme, (plus) consistant, (plus) stable.
A.— [L'obj. est une chose concr.] :
1. On entassa des pierres sur la plate-forme des tours, et les maisons qui touchaient immédiatement au rempart furent bourrées avec du sable pour l'affermir et augmenter son épaisseur.
G. FLAUBERT, Salammbô, t. 2, 1863, p. 78.
2. [Jean Goujon] a plus de jeunesse et de fraîcheur que les maîtres italiens qu'il imite; son ciseau affermit, aiguise les rondeurs du peintre décadent; ...
L. HOURTICQ, Hist. générale de l'art, La France, 1914, p. 165.
3. Chacun sait bien aussi que l'exécution, dans les broderies et tapisseries, dans les faïences peintes, donne du style aux ornements. Et déjà la forme de l'objet, comme une assiette ou un vase, ou bien les cases régulières d'une frise, affermissent le dessin et délivrent de l'imitation puérile.
ALAIN, Système des beaux-arts, 1920, p. 203.
Par métaph. :
4. ... c'est un ennemi continental que M. Delcassé nous mettait sur le dos. Dès ce moment-là, nous aurions eu besoin d'affermir et de consolider notre armée de terre. Mais, précisément dans les années qui suivirent, on ne travailla qu'à la désorganiser.
Ch. MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 64.
5. ... dès que la tonalité est affermie le sentiment musical s'y complait et n'accepte pas volontiers des modulations trop prématurées qui pourraient effacer la première impression tonale; ...
H. REBER, Traité d'harmonie, 1949, p. 55.
B.— Au fig.
1. [L'obj. désigne une partie du corps ou un comportement corporel, envisagés du point de vue de l'impression qui s'en dégage] Donner une impression de consistance, voire de force :
6. En dépit du nez court, du menton romain qui affermissaient le visage, il [Michel] ressemblait à un enfant vieilli...
COLETTE, Duo, 1934, p. 55.
7. Il avait sorti son crayon, et, pour affermir sa contenance, écrivait n'importe quoi dans les marges du feuillet.
H. DE MONTHERLANT, Les Célibataires, 1934, p. 847.
8. Maintenant, faites deux ou trois fois « hum! » non, non, vous avez l'air d'un asthmatique. Faites « hum! » comme quelqu'un qui désire affermir sa voix.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Combat contre les ombres, 1939, p. 41.
2. [L'obj. est une entité abstr.] Consolider.
a) Domaine mor., intellectuel :
9. Mais, je dois me hâter de le dire, l'étude et la réflexion n'ont fait qu'affermir mes convictions au lieu de les ébranler, et ce sont précisément ces convictions que je désire faire partager, en en développant les motifs dans la suite de cet ouvrage.
C. BERNARD, Principes de médecine expérimentale, 1878, p. 92.
Rem. Syntagmes : - ses convictions, ses jugements, ses pensées, sa résolution, sa volonté, etc.
b) Domaine pol. :
10. Les gouvernements sont une chose qui s'établit de soi-même; ils se font, et on ne les fait pas. On les affermit, on leur donne la consistance, mais non pas l'être.
J. JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 344.
11. ... arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront à l'instant serment solennel de ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeront, jusqu'à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides; ...
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, pp. 244-245.
Rem. Syntagmes : - la constitution, un empire, l'État, le gouvernement, les institutions, le pouvoir, la république, etc.
P. méton. [L'obj. est une pers., un groupe hum.; ce qui est affermi s'exprime par un compl. circ. introd. par la prép. dans] :
12. Pourquoi donc s'irriter toujours, comme si la contradiction violente n'affermissait pas les hommes dans leurs opinions?
J. MICHELET, Journal, 1820, p. 77.
13. Elle [Frédérique] le prenait [le roi] avec son regard, essayait de l'affermir, de le redresser...
A. DAUDET, Les Rois en exil, 1879, p. 147.
C.— Emplois techn.
1. ARCHIT. Affermir un terrain. ,,Rendre un sol plus consistant pour éviter des tassements ultérieurs.`` (BARB.-CARD. 1963); cf. également BESCH. 1845).
2. MANÈGE
Affermir la bouche d'un cheval. ,,L'accoutumer à la bride.`` (Ac. Compl. 1842); cf. également BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill., DG, QUILLET 1965).
Affermir un cheval sur les hanches. ,,L'habituer à tenir les hanches basses.`` (Ac. Compl. 1842); cf. également BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill., DG).
II.— Emploi pronom. Devenir (plus) ferme. Prendre plus de consistance, de stabilité.
A.— [Le suj. est une chose concr.] :
14. J'ai su des alexandrins comment la terre, d'abord molle et ductile, s'affermit à mesure que Nérée s'en retirait pour creuser des demeures humides; ...
A. FRANCE, L'Île des pingouins, 1908, p. 165.
B.— Au fig.
1. [Le suj. est une partie du corps, un aspect du comportement, etc.] :
15. Cette conjecture se confirme par cette considération, que la partie postérieure est toujours molle, et presque gélatineuse; c'est qu'elle ne s'affermira qu'au moment où elle sera prête à servir, comme les dents de remplacement des quadrupèdes.
G. CUVIER, Leçons d'anatomie comparée, t. 3, 1805, pp. 345-346.
16. « Je vous rends le roi en bon état, Dieu merci, dit le médecin au duc d'Orléans, au duc de Bourgogne et au duc de Berri; mais dorénavant gardez-vous de l'irriter ou de l'affliger; sa tête n'est pas encore bien forte; peu à peu elle s'affermira. Ainsi les amusemens et les distractions lui valent mieux que le travail et les conseils. »
P. DE BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1824, p. 84.
17. Il ne lui est resté de sa jeunesse qu'un seul goût, celui de la chasse, exercice nécessaire à sa santé qui, d'ailleurs, semble s'affermir.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 475.
2. [Le suj. est une entité abstr.]
a) Domaine mor., intellectuel :
18. Je suis parvenu en effet à un point où le besoin s'affirme absolu de mettre entièrement d'accord tous mes actes avec ces vues de l'existence en général qui vont s'affermissant, s'affirmant sans cesse comme les seules pour moi valables.
Ch. DU BOS, Journal, déc. 1922, p. 212.
b) Domaine pol. :
19. Mais si la France république fait une paix quelconque, est-il à présumer que ce régime puisse se consolider et s'affermir sur des bases durables?
G. SÉNAC DE MEILHAN, L'Émigré, 1797, p. 1696.
20. ... rassuré par moi sur ce point, il a passé au ministère : « il s'affermit », m'a-t-il dit. J'ai répondu : « il n'a jamais été ébranlé, et comme il appartient à une opinion, il restera le maître tant que cette opinion dominera dans les chambres ».
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 94.
21. Tandis que les succès sur le front russe se confirment et s'affermissent, la situation militaire en Tunisie semble incertaine et précaire, et cette incertitude risque de se prolonger lontemps.
A. GIDE, Journal, 1942, p. 159.
22. À Londres, notre administration centrale s'était affermie; des hommes de qualité, comme Cassin, Pleven, Palewski, Antoine, Tissier, Dejean, Alphand, Dennery, Boris, Antier, etc., en formant l'ossature.
Ch. DE GAULLE, Mémoires de guerre, L'Appel, 1954, p. 142.
P. méton. [Le suj. est une pers.; ce qui s'affermit s'exprime par un compl. circ. introd. par la prép. dans] :
23. J'eus beau regarder la comtesse, cette fois elle ne rougit plus, et il me parut qu'elle s'était affermie dans la résolution de ne pas me laisser pénétrer ses secrets.
H. DE BALZAC, Gobseck, 1830, p. 424.
C.— Emplois techn., MAN. Se tenir plus ferme sur les étriers :
24. Ainsi équipé il mit son cheval au galop et rejoignit bientôt le caporal qui avait pris les devants. Il s'affermit sur ses étriers, prit de la main gauche le fourreau de son sabre droit, et dit aux quatre Français : — Ces gens qui se sauvent sur la grande route ont l'air d'un troupeau de moutons...
STENDHAL, La Chartreuse de Parme, 1839, p. 55.
25. Omer s'assura que la jument l'enverrait encore de la crinière au troussequin s'il ne s'affermissait davantage.
P. ADAM, L'Enfant d'Austerlitz, 1902, p. 249.
P. anal. [En parlant de guerriers] :
26. Le chef s'avance, et s'arrête bientôt à quelques pas du front des guerriers : les roulements des tambours se font entendre, les capitaines courent à leur poste, les soldats s'affermissent dans leurs rangs.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Les Natchez, 1826, p. 124.
Rem. (S')affermir s'associe avec les synon. suiv. : ancrer, arrêter, asseoir, assurer, attacher, cimenter, confirmer, conforter, consolider, corroborer, déterminer, encourager, endurcir, établir, étayer, fixer, fortifier, immobiliser, préciser, raffermir, raidir, renforcer, sceller, tremper; avec les anton. suiv. : affaiblir, amollir, attendrir, débiliter, décourager, délabrer, ébranler, énerver, infirmer, mollir, ruiner.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[], j'affermis []. — Rem. FÉR. Crit. t. 1 1787 écrit affermir ou afermir avec un seul f. Enq. :/, /. Conjug. agir. 2. Dér. et composés : affermissement, raffermir, raffermissement. Cf. ferme.
Étymol. ET HIST. — 1372 « rendre ferme, consolider (suj. et obj. inanimés) » (CORBICHON, Propriét. des choses, remède contre peste, chap. 3, éd. 1522 ds R. Hist. litt. Fr., I, 491 : Et soit telle fumée aspirée et attraicte dedans le corps par la bouche et par les narines, car elle ratifie, afermist et conforte le cueur et les entrailles).
Dér. de ferme, adj., sens propre; préf. a-1.
STAT. — Fréq. abs. litt. :633. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 1 454, b) 713; XXe s. : a) 522, b) 751.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BARB.-CARD. 1963. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BONNAIRE 1835. — CAPUT 1969. — DUP. 1961. — Gramm. t. 1 1789. — GUIZOT 1864. — KOLD. 1902. — LAF. 1878. — MARCEL 1938. — SARDOU 1877. — SOMMER 1882. — Synon. 1818.

affermir [afɛʀmiʀ] v. tr.
ÉTYM. 1372; de à, et ferme, adjectif.
1 a (Concret). Rare. Rendre ferme, plus stable. || Affermir un mur, un édifice. Asseoir, assurer, consolider, étayer.Techn. || Affermir un terrain : le rendre plus consistant pour éviter des tassements.
0.1 On entassa des pierres sur la plate-forme des tours, et les maisons qui touchaient immédiatement au rempart furent barrées avec du sable pour l'affermir et augmenter son épaisseur.
Flaubert, Salammbô, t. II, p. 78, in T. L. F.
b Cour. Rendre plus consistant, plus dur. Raffermir. || La gymnastique affermit les muscles.Affermir sa voix.
1 Faites hum ! comme quelqu'un qui désire affermir sa voix.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VIII, 3.
c Affermir son trait, un dessin.
2 (Abstrait). Rendre plus assuré, plus fort. Assurer, confirmer, fortifier. || Affermir la santé, l'âme, la volonté, le bonheur de qqn. || Affermir l'autorité, le crédit de l'État. Consolider. || Affermir un roi sur son trône. || Cela n'a fait que l'affermir dans ses résolutions, dans ses desseins. Renforcer. || Les épreuves l'ont affermi contre les coups du sort. || Il a affermi ses convictions, ses opinions. Ancrer (dans une opinion).Au passif et p. p. || Les convictions sont affermies par l'expérience, sont affermies.
REM. Affermir semble plus littér. que raffermir, mais les distinctions sémantiques entre les deux verbes sont faibles.
2 On affermit ce qui est faible : on raffermit ce qui chancelle ou est ébranlé; on confirme ce qui est fort, ce dont on augmente encore la force (…) On affermit, on raffermit, on confirme un sentiment, ou quelqu'un dans un sentiment.
Lafaye, Dict. des synonymes, Affermir.
3 Enfin notre bonheur est-il bien affermi ?
Corneille, Horace, I, 3.
4 (…) mes rigueurs ne font qu'affermir ton amour.
Racine, Alexandre, IV, 3.
5 Ce même Bajazet, sur le trône affermi (…)
Racine, Bajazet, I, 1.
6 (…) il s'en trouve à qui l'habitude des moindres périls affermit le courage (…)
La Rochefoucauld, Maximes, 215.
7 La sympathie, l'accord des âmes affermit en eux le sentiment qu'avait produit l'habitude.
Rousseau, les Confessions, I.
8 L'amour peut énerver l'âme, ou l'affermir.
É. de Senancour, De l'amour, p. 19.
9 Elle ne croyait pas avoir à affermir une position qu'elle jugeait inébranlable.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XV, p. 175.
——————
s'affermir v. pron.
Devenir plus stable ou plus ferme, au propre et au figuré.(Concret). || S'affermir en selle, sur les étriers. || S'affermir dans une position. || Sa santé commence à s'affermir.(Personnes). Abstrait. || Il s'affermit dans la résolution de ne rien céder.Polit. || Le gouvernement ne s'est pas affermi.
10 (Il) se cala sur le divan avec le mouvement du cavalier qui s'affermit en selle.
Colette, la Naissance du jour, p. 162.
11 (…) son cœur s'affermit au lieu de s'ébranler.
Corneille, Polyeucte, III, 4.
12 (…) ce cœur infatigable
Qui semble s'affermir sous le faix qui l'accable.
Racine, Mithridate, III, 1.
13 Tandis que les succès sur le front russe se confirment et s'affermissent (…)
Gide, Journal, 31 déc. 1942.
——————
affermi, ie passif, p. p. adj. (→ ci-dessus, cit. 3 et 5.).
|| Un mur consolidé et affermi.Un bras affermi, mal affermi. || Une voix à peine affermie.Conviction, foi affermie. || Situation politique, paix affermie.
CONTR. Affaiblir, amollir, attendrir, débiliter, délabrer, ébranler, énerver, mollir, ruiner.
DÉR. Affermissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • affermir — AFFERMIR. v. a. Rendre ferme et stable. Affermir une muraille. Affermir un plancher. De l opiat qui affermit les dents, les gencives. f♛/b] Il signine aussi, Rendre ferme et consistant ce qui étoit mou. Le vin affermit le poisson. La gelée… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affermir — Affermir. v. a. Rendre ferme & stable. Affermir un pont. affermir une muraille. affermir un plancher. Il signifie aussi, Rendre ferme & consistant ce qui estoit mou. Le vin affermit le poisson. la glace affermit les chemins. Il signifie fig.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affermir — Affermir, Roborare, Solidare. Affermir et tenir ferme, Obfirmare. Affermir et fortifier, Firmare, Firmare robore. Affermir et asseurer une chose, Stabilire, Constabilire. Affermir de toutes pars, Circunfirmare. Affermir son pied, Pedem figere.… …   Thresor de la langue françoyse

  • AFFERMIR — v. tr. Rendre stable. Affermir une muraille. Affermir un plancher. De l’opiat qui affermit les dents. Il signifie aussi Rendre consistant. Affermir sa voix. La gelée affermit les chemins. Les chemins s’affermiront bientôt. Des piqûres propres à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • AFFERMIR — v. a. Rendre ferme et stable. Affermir une muraille. Affermir un plancher. De l opiat qui affermit les dents.   Il signifie aussi, Rendre ferme et consistant ce qui était mou. La gelée affermit les chemins. L esprit de vin affermit les gencives.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • affermir — (a fèr mir) v. a. 1°   Rendre ferme au propre et au figuré. Affermir une colonne. Le vinaigre affermit certains légumes. Cet événement affermissait la paix. Affermir le courage de quelqu un. Vous m avez affermi dans cette opinion. •   Ma raison… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • s'affermir — ● s affermir verbe pronominal être affermi verbe passif Devenir plus solide, plus stable, plus ferme …   Encyclopédie Universelle

  • ermir — affermir raffermir …   Dictionnaire des rimes

  • affermissement — [ afɛrmismɑ̃ ] n. m. • 1551; de affermir ♦ Action d affermir; fait de s affermir (surtout au fig.). L affermissement de l État. « l affermissement des caractères » (Renan). ● affermissement nom masculin Action d affermir, de s affermir. ●… …   Encyclopédie Universelle

  • assurer — [ asyre ] v. tr. <conjug. : 1> • 1080 v. pron.; lat. pop. °assecurare, de securus → sûr I ♦ (XIIe) 1 ♦ Vx Mettre (qqn) dans un état de sécurité, de confiance. ⇒ rassurer. « Et tâchons d assurer la Reine, qui te craint » (P. Corneille). 2 ♦… …   Encyclopédie Universelle